Tous mes voeux (pieux)

Posté par sur 14 jan 2018 dans Les humeurs de la Miss | 0 commentaire

Tous mes voeux (pieux)

Catherine Deneuve dans Belle de jour

Catherine Deneuve dans Belle de jour

J’ai voulu souhaiter les vœux, faire comme tout le monde, dire « bonne année ! La santé, surtout ! » et le temps a filé. Nous sommes le 14, je ne suis pas encore en retard, mais il y a eu ces deux tribunes et là, je n’ai plus eu envie de souhaiter une bonne année à qui que ce soit.

D’abord parce que je n’aurais pas été lue: tout le monde se fout de recevoir des vœux un dimanche 14 janvier. Mais surtout parce que « bonne année, la santé avant tout »!, ça ne dit pas si tu es avec ou contre Catherine Deneuve, si tu soutiens ou pas Carherine Millet, si tu es d’accord ou non avec les propos de Brigitte Lahaie sur le viol.

En ces temps qui montent les femmes contre les femmes si elles ne sont pas contre les hommes, il est de bon ton de se positionner. Je ne suis personne pour le faire. Je vais donc me servir de ce blog, comme je l’ai déjà fait maintes fois, pour partager avec vous deux points de vue « éclairants » selon moi.

D’abord, l’excellente tribune de la romancière Leïla Slimani parue dans Libération : Un porc, tu nais.

C’est le texte dont je me sens le plus proche. Pour autant, je ne rejette pas en bloc l’opinion des 100 femmes qui revendiquent « le droit d’importuner ». Je suis même en accord sur plusieurs points, notamment celui-ci (qui, bizarrement, ne figurait dans aucun des morceaux choisis que j’ai vus passer dans la presse jusqu’à maintenant. Bizarrement):

« Surtout, nous sommes conscientes que la personne humaine n’est pas monolithe : une femme peut, dans la même journée, diriger une équipe professionnelle et jouir d’être l’objet sexuel d’un homme, sans être une « salope » ni une vile complice du patriarcat. »

Depuis la publication de ces deux tribunes,  je cherchais vainement comment faire coïncider tout ça ensemble. C’est mon problème, j’ai toujours eu du mal à me positionner ! Surtout, une phrase tournait en boucle dans ma tête : « la liberté des uns s’arrête où commence celles des autres »…

Et j’ai vu cette vidéo de Tristan Lopin

Merci Tristan. Et puisqu’il aime tellement Catherine Deneuve, laissons lui  le mot de la fin (ou presque), extrait d’un article paru ce soir dans Libération (que je vous encourage à lire en entier en cliquant ici

« Nous devons vivre ensemble, sans « porcs », ni « salopes » ».

Force est de constater que dans la société actuelle, il s’agit d’un vœu pieu. Donc après les vœux de Catherine Deneuve, voici les miens :

Bonne année, la santé surtout !

Laisser un commentaire