Interview de l’Aristochatte, une femme libre qui parle vrai

Posté par sur 8 mar 2017 dans Les critiques de Chaki | 0 commentaire

L’Aristochatte, une femme libre qui parle vrai

12036607_1621870571406516_6680102306514140776_nComment éviter le sujet ? Nous sommes le 8 mars. C’est la journée de la lutte pour les droits des femmes. Et non la journée de la femme, ou encore moins la fête de la femme.  Je ne vais donc ni vous vendre des fleurs, ni vous offrir un déo gratuit pour un déo acheté (pub vraiment vue aujourd’hui. Si c’était la seule…) Faut-il en conclure que pour revendiquer leurs droits les femmes se doivent de sentir bon ? la lutte pour le droit des femmes est primordiale. Qu’on y consacre qu’une journée par an, absurde. Vous trouverez de très bons articles partout. Pour apporter ma pierre à l’édifice, j’avais envie de vous parler culture du viol et responsabilité de l’auteur. Mais le sujet me chatouille trop en ce moment. Il fera vraiment l’objet d’un article, mais pas tout de suite. Heureusement, une amie qu’on ne présente plus, la bloggeuse l’Aristochatte a bien voulu répondre aux questions de mon matou reporter, trop heureux de trouver une nouvelle paire de genoux sur laquelle se blottir. A travers ses réponses, c’est le portrait d’une femme libre qui se dessine. Une femme qui veut parler de cul en parlant vrai. Le jour me semble finalement très bien choisi pour diffuser cette interview.

 

Chaki : Bonjour belle dame. C’est un plaisir d’interviewer une si féline consœur. Puis-je monter sur tes genoux ?

L’Aristochatte : Bonjour Chaki, bien sûr avec plaisir. Trouve la bonne place et met toi à l’aise sur mes genoux. J’ai hâte de te caresser et d’enfoncer mes doigts dans ton pelage soyeux.

Chaki : Quel est ton parcours et pourquoi écris-tu (alors que tu pourrais chanter, danser, boire, devenir secrétaire… Dormir) ?

L’Aristochatte : Je chante sous ma douche et je suis déjà sur les scènes burlesques. J’adorerais être secrétaire mais uniquement si je peux faire un remake du film « la secrétaire  » et surtout passer sous le bureau. J’avoue que c’est un de mes fantasmes récurrents. J’écris parce que je trouve que la société ne parle pas assez et mal de la sexualité. J’ai eu envie de donner mon avis sur le cul, d’y raconter un peu ma vie, mes coups de cœurs et mes coups de gueule. Ça me semble important de rétablir la vérité et de montrer une vision plus réaliste du désir, de l’amour, de nos envies.

Chaki: Comment t’est venue l’idée de créer ton blog ? L’as-tu fait pour toi ou pour / avec quelqu’un ?

L’Aristochatte : Le blog est née de mon envie d’écrire . Mon Maitre qui est aussi mon amoureux et un spécialiste des nouvelles technologies m’a créé toute la partie technique qui donne ce si joli résultat. Moi je me contente de la partie création.

Chaki : On a tellement posé cette question à la Miss que j’aime bien la poser aux auteurs que j’interviewe : est-ce que tu as vécu tout ce que tu écris ? (C’est une question vraiment très bête, nous sommes d’accord. Mais comme les auteurs sont intelligents, cela donne des réponses sympathiques).

L’Aristochatte : Oui je vis ou j’ai vécu tout ce que je raconte . C’était vraiment mon souhait de coller à une réalité dans laquelle mes lecteurs pouvaient se reconnaitre. J’ai vraiment à cœur de montrer qu’on peut aller vers ce qu’on aime dans le cul, sans que cela soit un problème. Et puis je teste aussi plein de sextoys ou d’objets liés à la sexualité donc être vraie me semble d’autant plus important.

Chaki : Merci pour tes réponses. J’ai adoré faire un peu mieux ta connaissance et je ne trahirais pas de secret en disant que ma maîtresse lit chacun de tes articles.

L’avis de la Miss : C’est vrai. J’aime ta façon d’écrire, que tu parles avec passion de ta relation avec ton Maître ou avec humour du dernier sextoy que tu as testé. Je profite de cet article pour te remercier encore de l’interview que tu m’as accordée. Si vous voulez la lire, je vous laisse la chercher et découvrir le blog de l’Aristochatte  Vous pouvez également la suivre sur Twitter  ou sur Instagram (aristo_chatte). Je vous encourage à y aller, vous y trouverez des photos magnifiques. Merci encore belle dame, de t’être prêtée au jeu.

Chaki & Miss Kat

Laisser un commentaire